مصر البلد الاخبارية
جريدة - راديو - تليفزيون
رئيس مجلس الإدارة: السيد حمدي   رئيس التحرير: كمال سعد
رئيس التحرير التنفيذي: خالد عامر

La nuit de son divorce

تأليف –  الكاتبة والشاعرة انصاف سليمان مرشد :

ترجمة الدكتورة لبنى بالخيري  من المغرب

نانسي فرنسا

Elle n’oublia pas sa dernière nuit avec lui, il la prit dans ses bras avec sa passion habituelle  et son amour  enflammé.

Il la connaissait très bien, il savait qu’elle ressemblait à une jument rebelle qui ne baissait pas, ne se soumettait pas et ne s’apprivoisait pas facilement…Elle, qui cherchait la lumière et la pureté  dans les forêts lointaines de cristal, elle  rêvait d’amour au printemps, perdue, elle rêvait des fontaines et des cascades de la joie. 

Enfin, il  put la soumettre et la serrer entre ses bras avec son style élégant car depuis sa jeunesse, il avait son cœur. Les verres embellis de sa parole et la douceur de ses rires et ses lettres couvertes de basilic l’avaient enivrée, alors elle lui donna toute sa vie.   

Oui…il fusionna avec elle pour qu’elle lui  offre ses sentiments et son cœur. Il devint son rêve et son espoir, il l’envahit d’une affection qu’elle n’avait jamais sentie.

Il prit sa main, elle sentit sa main chaude trembler entre ses mains, son souffle fort et son  regard intense désirant plonger jusqu’au fond d’elle sans retour.  

Avec lui, elle sentit qu’elle était une princesse…non…plutôt une reine admirant la beauté de la vie et ses dons comme une fleur qui rencontrait pour la première fois la brise  du matin et sa rosée… comme un oiseau qui  plongeait à l’intérieur des fleurs pour en voler du miel sucré.

Elle fit de lui une partie d’elle, elle le crut… Après toutes ces années, elle croit toujours à ses mots bien tissés comme la robe d’une mariée.

Avec lui, elle vola avec les ailes de son rêve  parcourant les distances et traversant tous les espaces comme des nuages pleuvant… Les rayons de soleil la portèrent et elle brilla dans l’univers comme des morceaux de diamant sur une source qui étonna tous ceux qui les virent le matin.

قد يهمك ايضاً:

هواجس عابرة “على مفارق الدروب”

رُؤْيَا (قِصَّة قَصِيرة)

Le chariot de Cendrillon ne lui plaisait plus… elle monta sur les tresses de la lune où elle s’enfuit et avec lesquelles elle voyagea  vers  des plages pleines de beauté car ses mots d’amour la portèrent vers la lumière et les jardins de sureau et de pureté.

Cette nuit là elle pleura devant lui…elle senti un immense bonheur qu’elle avait peur de perdre car elle savait que le bonheur ne durait pas longtemps, c’est la loi de la vie, elle eut peur de perdre cette lumière qui l’envahit entièrement. 

Elle pleura  et avec ses mains, il lui sécha les larmes et l’a tint avec tendresse pour l’emmener à son monde magique où elle vivrait avec tout l’amour qu’elle avait pour la belle vie. Il lui promit qu’il resterait jusqu’à la fin.

Il l’envahit avec ses mots d’amour et  son sérieux,  il ne l’appela plus de son nom, il  lui donna un nouveau nom, ma chérie.

Il lui offrit l’écharpe brodée de l’émirat, son amour parfumé la lava et elle commença à tourner les pages de sa tristesse pour partir avec lui, il savait que dans son cœur il n y avait que ses yeux. 

Cette nuit là, elle l’ entendit murmurer en lui disant qu’elle était sa vie et son amour qui n’avait pas de fin.

Ses paroles l’ enivrèrent…alors elle  dormit bien, rassurée, elle rêva de lui.  

La nuit des rêves passa, elle ouvrit ses yeux ce matin là mais elle ne trouva que le vide…rien, à part une ligne de mots insensés….. Il n’était plus là. Il était parti en silence portant sa valise de voyage habituelle.

La vie l’avait pris loin d’elle et l’avait emmené vers les collines des contes et des légendes. Elle réfléchit à ce qui s’était passé comme si elle était devant un tableau dont les couleurs étaient bien choisies et des expressions différentes accrochées au mur de la vie perdue. Elle réfléchit bien à ce qui s’était passé et elle vit le seuil de la fin de sa vie. 

Elle décida d’être à nouveau la jument rebelle qui ne cédait pas et elle se mit à sécher une seule larme qui lui brulait les yeux.

Elle tint toutes ses lettres et les mis dans un coffre incrusté de contes puis elle le ferma puis elle  prit les clés de son cœur pour le fermer une fois pour toute.

Elle partit au temple où l’odeur des encens et l’hymne des oiseaux de la neige froide pour assister à la prière, dessiner sur les murs du temple et chanter.

Lui, il était la chanson de sa vie, une chanson qui ne terminera jamais